PALAM



Le Gouvernement du Sénégal, à travers le Ministère de la Famille, de l’action sociale, de l’entreprenariat féminin, de la micro finance et de la petite Enfance a décidé de mettre en œuvre un programme d’alphabétisation et d’apprentissage de métiers pour la lutte contre la Pauvreté (PALAM).

Ce programme financé par la Banque Islamique de Développement (BID) dans le cadre du Fonds de Solidarité Islamique de Développement (FSID) a pour objectif principal de contribuer à la réduction de la pauvreté au sein des populations rurales et féminines en priorité par une alphabétisation fonctionnelle centrée sur les compétences et par l’accès aux services de la micro finance, favorisant ainsi l’auto développement.

En plus des principes retenus dans la politique du sous secteur de l’éducation non formelle, le PALAM s’appuie sur trois leviers stratégiques :

    l’approche de concentration dans les sites : faire bénéficier les sites de l’ensemble des interventions du programme pour un impact plus profond sur la pauvreté, l’entrée par la famille : un milieu familial alphabétisé favorise grandement le développement de l’enfant et a un impact positif sur la durée de la scolarisation des filles et des garçons et la manière dont ils acquièrent des connaissances. Ainsi, les interventions tendront à toucher dans chaque ménage l’enfant non scolarisé, la mère, la sœur ou le frère selon les composantes du programme;
    l’approche intersectorielle intégrée de l’alphabétisation et de la post alphabétisation : mettre l’alphabétisation au cœur du développement, tisser des liens fonctionnels avec les autres pôles de développement.

Ce programme comporte cinq sous composantes :
Composante1: accès des enfants déscolarisés et non scolarisés dont ceux des daara, âgés de 9 – 15 ans, à une éducation de qualité, avec un accent particulier sur la correction des disparités filles / garçons.
Composante 2: formation qualifiante des adolescents et jeunes adultes analphabètes.
Composante 3: alphabétisation fonctionnelle des femmes travailleuses:
Composante 4: dispositif de micro finance pour l’appui à l’auto emploi.
Composante 5: gestion et suivi du programme.

La composante 1: ECB (écoles communautaires de base) est confiée au Ministère de l’Education chargé de l’Enseignement préscolaire, de l’élémentaire, du moyen secondaire et des langues nationales à travers la Direction de l’Alphabétisation et de l’Education non formelle.

L’objectif de cette composante est d’assurer l’accès à une éducation de base sur une durée de 3 à 4 ans aux enfants déscolarisés de manière précoce, aux enfants non scolarisés et aux talibés des daara. L’option passerelle vers le formel général ou la formation pré qualifiante sera appliquée avec comme programme celui des écoles communautaires de base élaboré dans le cadre du curriculum de l’éducation de base.